La teinture végétale par
Atelier Solveig

Je reprends ma plume à l’heure où l’instant est plus présent que jamais. Avoir le temps de vous écrire un bel article était encore impensable il y a une semaine, et voilà qu’en un week-end le quotidien est chamboulé et le cosmos nous oblige à nous recentrer sur l’essentiel dont le premier bénéficiaire n’est autre que mère nature.

J’ai donc pris soin de sélectionner un sujet qui fait sens en ces temps particuliers et j’ai choisi une jeune marque slow que j’adore : Atelier Solveig.

J’ai rencontré la créatrice : Charlotte, en investissant les lieux de mon atelier Décollab (nous sommes voisines) et son univers m’a tout de suite fasciné. Derrière ses grandes bassines d’antan et son établi en bois où l’on peut entrevoir des feuilles d’eucalyptus séchées, Charlotte a le sens du style et son atelier est à l’image de sa personnalité. Après plusieurs années en tant que Directrice Artistique, la créatrice d’Atelier Solveig a provoqué le changement pour créer sa propre identité et mettre sa créativité au service de la décoration.

Sa mission ? Vous rappeler que la nature fait bien les choses et vous faire voyager à travers des couleurs obtenues à partir de fleurs ou plantes séchées qui sont ensuite transférées sur des tissus naturels ; on appelle ça de la teinture/impression naturelle plus communément appelée teinture végétale. C’est grâce à ça qu’elle crée des taies d’oreillers, des rideaux, des nappes… et tout ce que l’on peut imaginer autour du tissu en décoration.

Cette pratique est complètement inscrite dans l’univers de la slow décoration, puisque obtenue à partir de procédés lents et naturels alors je souhaitais en savoir plus sur sa marque, son impact et ses procédés.

Voici donc le témoignage que Charlotte a accepté de me livrer.

Bonjour Charlotte, peux-tu nous parler de ton parcours?

 

 

Bonjour Claire et bonjour à vous tous…

Après une carrière de Directrice Artistique dans la communication, j’ai ressenti le besoin de retrouver une création plus personnelle et artistique. Solveig, qui signifie le chemin du soleil, est née de cette envie. Cette reconversion a été pour moi une révélation… J’ai trouvé dans la teinture naturelle une expression artistique extrêmement riche et en accord avec ma volonté de faire bien pour moi, pour les autres et pour la planète.

Pourquoi ce choix de teinture et impression naturelle?

 

 

 

J’aime la couleur. Les couleurs naturelles sont magnifiques, vibrantes et d’une densité incomparable mais la véritable raison de ce choix est évidemment liée à l’environnement.

La question que je me pose est “comment, à notre époque, peut-on encore faire autrement ? “ ;.)

Comment as-tu appris cette pratique?

 

 

 

Tout d’abord par internet, on trouve de nombreuses fiches et recettes accessibles gratuitement en ligne notamment des ouvrages d’anciens qui sont une somme sur le sujet. Ensuite, j’ai acheté ou on m’a offert quelques livres. Je me réfère souvent à l’ouvrage de Dominique Cardon Le Monde Des Teintures Naturelles, toutes les plantes y sont référencées et c’est très pratique quand on hésite sur la technique ! Mais le plus utile a été mes formations chez Michel Garcia qui est une référence en la matière. Il propose des stages en Bretagne de tous niveaux.

Peux-tu nous expliquer en quelques phrases les étapes de ton process de fabrication?

 

 

Je peux essayer… Mais il y a beaucoup d’étapes et de techniques différentes et en quelques phrases, ça va être un peu court… Avant toute chose, il faut laver le tissus en les trempant dans un bain chaud avec du savon de marseille pour éliminer les substances chimiques dont ils peuvent être imprégner. Pour la plupart des plantes, il faut ensuite préparer la fibre avant la teinture. C’est l’étape du mordançage. En parallèle, on prépare le bain de teinture en faisant chauffer les plantes dans de l’eau. Le tissu est ensuite teint par immersion dans ce bain. Pour créer les motifs, j’utilise le shibori, le tie-dye ou l’immersion.

L’indigo est un procédé différent. La teinture se fait par oxydation.

Je pratique aussi l’eco bundle qui consiste à imprimer des plantes tinctoriales directement sur le tissu en les passant à la vapeur.

Capture d’écran 2020-03-23 à 14.37.29

D’où proviennent tes matières premières? Sont-elle absolument toutes naturelles?

 

 

J’ai planté mon jardin en Touraine, je récolte là bas, les fleurs dont je me sert pour l’eco-bundle. Je fais aussi un peu de cueillette eco-responsable. Pour la teinture, je me fournis chez Michel Garcia et chez Okhra, le conservatoire des ocres et des couleurs.

Mes procédés de teinture sont naturels. J’utilise du vinaigre, du carbonate de soude et du sel d’alun pour le mordançage. Et ma cuve indigo est monté à la chaux et au sucre.

Sur quels tissus teins-tu et comment les sélectionnes-tu?

 

 

Je teins sur la laine, le lin et le coton. De toute façon en teinture végétale on ne peut teindre que sur des fibres naturelles ! J’ai trouvé un lin poussé et filé en Europe. C’est rare ! 80% de la production française de lin part en Chine pour être filé. J’achète du coton bio et mes laines proviennent de coupon de Grand Couturier que j’achète près de chez moi dans le 18ème à Paris.

J’aime aussi chiner et faire de l’upcycling, je travaille beaucoup sur du lin vintage.

Comment t’inspires-tu pour le choix des couleurs?

 

 

J’observe tout… !

Quelle est ta couleur préférée et d’où provient-elle ?

 

Voilà une question à laquelle je ne pourrais pas te répondre… Je n’aime pas toutes les couleurs mais j’aime de nombreuses teintes dans chacune d’entre elles !

Pour ne citer que certaines : l’indigo fait du bleu, le sophora du japon donne un jaune d’or eclatant, la racine de garance un rouge cardinal, la cochenille un rose tyrien, le cachou un brun camel qui peut descendre, si on le dose peu vers le rose poudré.

Quelles sont tes inspirations ? d’où viennent-elles ?

 

Je suis contemplative et très fan d’Art Contemporain. Je suis Graphiste aussi, j’ai beaucoup travaillé la couleur et la forme. J’ai certainement une banque de références bien fournie dans un coin de mon cerveau ! Mais je travaille surtout intuitivement, sur le moment !

As-tu des réflexes slow consommation dans ton quotidien ? quels sont-ils ?

 

Je consomme peu et mieux. J’aime cuisiner et en cuisine, je ne jette rien. Je suis une adepte des soupes de fanes de radis ;.)

Je garde mes pelures d’oignons et mes peaux d’avocats pour la teinture, bien sur.

J’achète local et de saison. J’ai arrêté de teindre mes cheveux aussi, je suis passée au gris et c’est joli !

Capture d’écran 2020-03-23 à 14.28.07

Merci Charlotte … 

Pour ton partage et pour nous faire découvrir une technique encore très niche en décoration, qui, je l’espère, sera bien plus utilisée dans les années à venir.

Si vous souhaitez connaître d’avantage les réalisations de Charlotte, vous pouvez vous rendre sur son site indiqué sur les images ci-dessous.

Charlotte est aussi à votre écoute pour réaliser des créations sur mesure.


                                                                                                                                                                                                                                                                                Claire.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *